L'actualité en continu du pays de Brive


Brive festival surveillera son volume sonore

Après les foires franches, c’est au tour de Brive festival de s’engager à limiter les nuisances sonores pour les riverains. Une convention signée avec la mairie prévoit une série de mesures pour y parvenir dont une fermeture moins tardive.

 

« On doit trouver une différence », assure le maire Frédéric Soulier. En passant l’an dernier d’une jauge de 4.000 à 7.000 spectateurs pour les 5 soirs de gros concerts, la manifestation avait aussi, revers de la médaille, gagné en volume sonore et provoqué l’exaspération des riverains de la Guierle. La mairie a donc pris très tôt les devants afin de concilier les légitimes exigences de part et d’autre. D’où cette convention préparée de longue date avec la société organisatrice. Concrètement, elle porte sur 4 mesures qui s’appliqueront pour la partie des grands concerts, du 20 au 24 juillet:

  • la régie son du festival sera munie d’un sonomètre permettant de vérifier en permanence le volume qui ne devra pas excéder les 95 décibels autorisés par la loi,
  • les ingénieurs du son des différents artistes (chacun ayant sa propre équipe) ont été sensibilisés sur la spécificité du festival liée à son environnement urbain,
  • les « petits concerts » de fin de soirée ont été supprimés (jusqu’à présent des artistes locaux se produisaient sur la petite scène après les grands concerts, générant du volume parfois jusqu’à 1 heure du matin),
  • le site ouvrira 1 heure plus tôt, afin ainsi de finir également plus tôt, « entre 23h30 et minuit trente, ce qui est raisonnable en été ».

La Ville avait déjà signé le même type de convention pour les Foires franches de juin. « Nous avons eu des retours très positifs de la part des riverains », commente le conseiller municipal Jean-Luc Souquières. « Les forains ont joué le jeu, nous l’avons constaté avec les vérifications effectuées par le Service communal d’hygiène et de santé: au plus fort de la fête, le relevé ne dépassait pas les 70 décibels. » Plus largement, la Ville confirme sa volonté de s’engager contre le bruit. « Nous avons entamé une réflexion, notamment sur la problématique liée aux terrasses et nous devrions proposer une politique d’ici la fin de l’année », annonce Frédéric Soulier.

Pour l’heure, les structures de Brive festival se mettent en place sur la Guierle. « Nous avons tenté de nous adapter au mieux aux contraintes urbaines », certifie Stéphane Canarias, représentant la société Festival Production. « Ayant été sensibilisés assez tôt sur ces nouvelles préoccupations, nous les avons contractualisées avec les artistes. La plupart des balances se feront d’ailleurs au casque, ce qui évitera les perturbations. À part mercredi, au moment des tests, il y aura forcément un peu de bruit », prévient-il.

« Nous sommes déjà à 26.000 spectateurs », comptabilise Stéphane Canarias. Avec un bel engouement pour la soirée réunissant Lamomali de M et Julien Doré, « ça part à raison de 200 places par jour ». Un Julien Doré, très « impatient » de revenir à Brive. « Comme beaucoup d’autres artistes », assure l’organisateur. La « touche » Brive festival gagne en notoriété. « Pour la première fois, certains concerts, celui d’Imany, également celui d’Arcadian, vont être captés pour être rediffusés sur des chaines télévisées. » Le décompte final est donc bien enclenché. Premier rendez-vous jeudi 20 juillet avec un joli premier plateau d’artistes: Slimane, Imany et Christophe Maé. Évidemment, le contexte oblige, la manifestation bénéficiera des mêmes moyens de sécurité que l’an dernier.

Infos sur la programmation complète du 20 au 29 juillet sur brivefestival.com.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire