L'actualité en continu du pays de Brive


Danièle Sallenave et Patrick Vannier au chevet des mots

Elle occupe le fauteuil numéro 30 et en 2011, a succédé au siège de Maurice Druon. Danièle Sallenave, Chevalier de la Légion d’honneur, Officier de l’ordre national du Mérite, Commandeur des Arts et des Lettres, cumule les honneurs. Avec humour et simplicité, la grande dame livrait à un public ébloui les petits et les grands secrets de l’Académie Française. Patrick Vannier, membre du service du dictionnaire de l’Académie française et responsable de la rubrique Dire, ne pas dire du site de l’Académie, lui donnait la réplique dimanche 12 novembre dans la salle d’honneur de la mairie de Brive au cours d’un débat thématique baptisé: les secrets des mots.

 

Elle nous a tout raconté ou presque : comment devient-on académicien, comment est-il souhaitable de rédiger son courrier de candidature, pourquoi doit-il être écrit à la main, comment choisir sa tenue d’académicien, son épée, où se réunit-on, que se raconte-t-on et enfin quels sont les usages de la sacré sainte cour du langage où l’ont devient, après y être entré, un, une immortelle.

La leçon aurait pu être ennuyeuse, elle ne l’a pas été. On a beaucoup ri car Danièle Sallenave est aussi facétieuse que divinement érudite. Lorsqu’il a été question des mots, de leur usage, de la manière dont ses derniers entrent ou sortent du dictionnaire, le sérieux a regagné la salle. On ne badine pas avec la langue, pas comme on l’entend habituellement.

Les questions de l’écriture inclusive et des accords de proximité, ont été largement abordés pendant la matinée, L’Académie ayant en effet prit position contre ces deux propositions de réformes. Patrick Vannier affirmait en effet que 90% des courriers adressés à l’Académie abondaient dans leur sens. » Une fois de plus la langue, affaire sérieuse s’il en est, est au goût du jour et occupe le devant de la scène. Rappelons pour conclure comme l’a souligné à maintes reprises Danièle Sallenave lors du débat : l’Académie française, n’est pas une police du langage. Elle n’exerce pas d’autorité sur la langue et se situe sur le même plan que les autres ouvrages ou dictionnaires de références qui décident d’y faire entrer ou sortir un mot. L’Académie veille et ne somnole pas.

Infos sur foiredulivredebrive.net.

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles:

 

 

Frédérique Brengues, Photos : Diarmid COURREGES

Frédérique Brengues, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire