L'actualité en continu du pays de Brive


Dans une semaine, le Festival de l’élevage

Cette année encore, la grande ferme géante se tiendra le 3e week-end d’août, les 19 et 20, place de la Guierle (samedi de 8h à 20h et dimanche de 8h à 19h). Les organisateurs, la Ville de Brive et la chambre d’agriculture ont présenté ce matin l’édition et ses nouveautés. Avec une entrée toujours gratuite.

Jean-Luc Souquières, conseiller municipal en charge des affaires agricoles (au centre), entouré de gauche à droite deBernard Boussange, responsable du pole élevage à la Chambre d'agriculture, son président Tony Cornelissen, son élu référent en production animale Sébastien Soulié et Pascale Limes du service des affaires agricoles de la Ville.

Jean-Luc Souquières, conseiller municipal en charge des affaires agricoles (au centre), entouré de gauche à droite deBernard Boussange, responsable du pole élevage à la Chambre d’agriculture, son président Tony Cornelissen, son élu référent en production animale Sébastien Soulié et Pascale Limes du service des affaires agricoles de la Ville.

Ne vous y trompez pas. Le site aura beau être clos avec une unique entrée contrôlée devant le Théâtre (soucis de sécurité oblige), l’accès n’en reste pas moins gratuit. C’est « suffisamment rare dans ces manifestations d’une telle ampleur pour être souligné », relève les deux co-organisateurs, Ville et Chambre d’agriculture. « Notre volonté était de la maintenir, malgré ces contraintes sécuritaires qui ont un coût et le contexte de restrictions budgétaires », insiste le conseiller municipal Jean-Luc Souquières. À noter que ces mêmes contraintes entraineront la fermeture de deux rues: le quai Tourny et l’allée des Tilleuls.

Nouveau aussi cette année, la manifestation a été avancée d’une semaine grâce à la bonne volonté de tous. Cette fois, du fait de la venue des ISDE moto qui se joueront le dernier week-end d’août. « Il nous fallait assurer une égale capacité et qualité d’accueil pour les deux événements », argumente Jean-Luc Souqières. Avec d’ailleurs des retombées bénéfiques ressortant de la précédente expérience puisque le Festival profite ainsi autant des locaux déjà de retour que des touristes encore présents. La notoriété des produits ne peut qu’y gagner.

Les organisateurs ont d’ailleurs concocté un programme aux petits soins pour ces visiteurs. Il y aura bien sûr toutes les Saveurs gourmandes à déguster. À l’espace restauration, les Jeunes agriculteurs proposeront une formule déjeuner samedi et dimanche, avec comme entrée une omelette de cèpes préparée par la confrérie mycogastronomique gaillarde, et même une formule enfant. Deux trucks font aussi leur apparition: l’un pour promouvoir le Rocamadour, l’autre la viande équine « sans laquelle la filière cheval ne serait pas viable », précise le président de la chambre d’agriculture Tony Cornelissen. « C’est la réalité et il nous faut l’expliquer par la pédagogie. »

Le public pourra déguster gratuitement du lait frais dans des bouteilles estampillées à l’effigie de la manifestation (signée pour la 4e année par l’artiste briviste Laurence Debordeaux). Même chose avec du jus de pomme, moyennant un écot symbolique. Des animations qui mettent en avant la qualité des productions locales. Le public y est de plus en plus sensible, tout comme il se montre vigilant sur  la traçabilité. D’où la tenue, parmi les nouveautés, d’une conférence « Santé et terroir, la viande a toute sa place » qui se tiendra samedi à 15h30 dans la salle Meyrignac au Théâtre municipal.

Pour le plaisir des yeux également, les animations ne manqueront pas. D’abord en se promenant à travers cette ferme géante déployée au cœur de la ville et qui fleure bon le terroir. « C’est le plus grand regroupement d’animaux sur la Corrèze et même alentour, notre salon de l’agriculture« , se réjouit Jean-Luc Souquières. « Il y aura le meilleur de la race limousine« , renchérit Tony Cornelissen. Le fait est que le Festival est aussi un incontournable pour les éleveurs avec des concours classant leurs animaux et le trophée « Boucle d’or » récompensant le travail réglementaire des élevages.

En coulisse se déroule toujours la vente KBS Genetic rassemblant des acheteurs étrangers et qui permet de faire connaître le Festival à l’international. « La limousine a très bonne réputation », assure le président de la Chambre. « C’est l’essence même du Festival », reconnait Jean-Luc Souquières. Elle seule aura d’ailleurs droit à son ring sous la halle Brassens. Bien sûr, il n’y aura pas qu’elle: seront présents 107 éleveurs bovins, ovins, porcins, caprins… sans compter tout ce qui relève de l’aviculture et de l’ornithologie. « C’est le top du top« , résume Tony Cornelissen, « Beaucoup d’éleveurs sont mobilisés, nous sommes obligés de pré-sélectionner les animaux. »

Nouveauté cette année, toutes les animations, démonstrations de tonte de moutons, conduite de chiens de troupeaux, concours, remises de prix, se dérouleront au théâtre de verdure où sera installé un écran géant. Les démonstrations équestres disposeront d’une carrière. Sans oublier un spectacle équestre nocturne gratuit, samedi de 20h à 22h, intitulé « Entre rêve et réalité », proposé par l’écurie Cauper.

Le festival a donc de quoi offrir une dernière destination vacances avant la reprise. Vous pourrez même prolonger l’instant lundi matin, alors que les animaux seront repartis, pour assister dès 7h à la foire aux veaux de lait et savourer les transactions et circonvolutions des acheteurs.

Tout le programme sera mis en ligne sur le site brive.fr.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire