L'actualité en continu du pays de Brive


Le Prix Mallarmé 2016 décerné à Gérard Bayo

gerard-bayo-portrait-pano

L’Académie Mallarmé a décerné son prix de poésie 2016 à Gérard Bayo pour son recueil Neige, suivi de Vivante étoile (L’Herbe qui tremble éditeur). Ce prix lui sera remis pendant la Foire du livre de Brive qui se déroulera les 4, 5 et 6 novembre prochain.

Neuf poètes français étaient en lice pour ce prix doté de 3 800 euros et décerné pendant la Foire du livre de Brive. C’est une voix singulière de la poésie contemporaine, Gérard Bayo, que l’Académie Mallarmé a distingué à l’occasion de son nouveau recueil de poèmes inédits. Ce poète et essayiste né à Bordeaux en 1936, grand connaisseur de Rimbaud, a déjà publié une vingtaine de recueils de poèmes dont Chemins vers la terre (éd. Le Taillis Pré) et Murs de lumière (traduction de Rüdiger Fischer, éd. en Forêt). Ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues européennes (lui-même est traducteur du roumain).

neige-bayo« Verte et noire la mousse

dans la ruelle de terre battue.

Un arbre non loin des volets clos

occupe la moitié du ciel.

De lui compassion et libertés venues.

Une cohérence, un néant plus loin.

De lui la mort aux couleurs de la vie

depuis toujours venue. »

Neige est un recueil sur la condition humaine et ce poème qui en est extrait, Donne et donne encore, exsude de l’inspiration ou de la hantise de Gérard Bayo : la mort. Sous les deux titres réunis en un seul recueil, l’auteur poursuit sa recherche des traces des êtres aujourd’hui disparus et oubliés souvent. Il veut ainsi les soustraire à l’infernale saison de l’oubli dont l’histoire n’est pas avare. Par l’évocation, le poète les emmène vers une saison meilleure qui, même si elle n’est pas reconnaissance, éloigne un peu du néant. Une façon également pour lui de partir sur ses propres traces.

Gérard Bayo sait aussi que la mémoire des hommes, si elle n’est portée vers la lumière par les poètes, laissera, dans son sillage, moins que « l’image de la part accomplie ». « Ne restent que des mots sur la page », écrit-il encore au début d’un poème. « Seul l’invisible existe encore. »

A propos de la Foire du livre 2016, vous pouvez consulter nos précédents articles:

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire