L'actualité en continu du pays de Brive


Vos sorties de la semaine

MARDI 21 NOVEMBRE 2017

  • Atelier de langue occitane à 17h30 à Brive, aux archives municipales, 15 rue du docteur Massénat. Un atelier de pratique de la langue proposé chaque mardi par l’Institut d’études occitanes du Limousin en partenariat avec les archives municipales. Durée: 1 heure 30. Entrée libre et gratuite. Infos au 05.55.18.18.50 et sur archives.brive.fr.
  • Rencontre avec Fawzia Zouary à 18h à Brive à la médiathèque municipale, place Charles de Gaulle. La médiathèque, partenaire du festival Lettres du monde, reçoit l’auteure Fawzia Zouari, écrivaine et journaliste tunisienne. Docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne, elle vit à Paris depuis 1979. Elle a travaillé à l’Institut du monde arabe – à différents postes dont celui de rédactrice du magazine Qantara1 – avant de devenir journaliste à l’hebdomadaire Jeune Afrique en 1996. Elle participe à de nombreuses émissions de télévision sur l’évolution des pays arabes. Son livre Le corps de ma mère (Editions Joëlle Losfeld) a reçu le Prix des Cinq continents de la francophonie 2016.
 Entrée libre. Infos au 05.55.18.17.50 et sur mediatheque.brive.fr.

************

JEUDI 23 NOVEMBRE

  • Apéro-concert. Récital à 4 mains à 18h30 à Brive à l’auditorium Francis Poulenc. Une soirée proposé par le Conservatoire. Les deux artistes Guennady Dzubenko et Larissa Loginova, tous deux diplômés du Conservatoire Tachaïkovski de Moscou, offriront un programme autour du répertoire classique des œuvres pour piano à quatre mains: Modeste Moussorgsky et Pyotr Tchaïkovski. Chaque pianiste interprétera également des œuvres solo d’Anton Rubinstein, Alexandre Skiabine et Sergueï Rachmaninov. Tarif: 8 euros. Billetterie au conservatoire ou par téléphone. Boisson et petits gâteaux sont offerts pendant le spectacle. Infos au 05.55.18.17.80 et sur conservatoire.brive.fr.
  • Cinéma. La Boucle Verte à 20h30 à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. Une projection dans le cadre du Mois du doc en présence de la réalisatrice Sophie Bensadoun et en partenariat avec Corrèze environnement. Avant tout, la boucle est vertueuse : comment sur un territoire, un déchet produit de l’énergie qui sert à créer de l’activité et développer ce même territoire. Elle est verte car elle est dessinée par Jouany et Sylvie, Franck et Sabrina ainsi que Gaël, des jeunes agriculteurs bio du Plateau de Millevaches en Limousin, l’une des régions les plus dépeuplées de France. Ensemble, ils défrichent une voie nouvelle, ambitieuse et pleine de bon sens, pour faire de l’agriculture proprement, autrement. La boucle verte un bel exemple d’économie circulaire, et se situe au croisement des enjeux actuels environnementaux, des nouvelles pratiques agricoles et de résilience des territoires. Entre projet industriel et respect de l’environnement, le film raconte l’invention d’un nouveau modèle de production agricole, aux activités indépendantes et complémentaires, porté par des jeunes. Durée du film: 52 min. Tarifs: 3,50 à 7 euros. Infos au 05.55.22.41.69 et sur cinemarex.org.
  • Musiques actuelles. June Bug à 19h à Tulle aux Lendemains qui chantent. Du folk électronique. June Bug se forme et se transforme au fil des rencontres en un projet espiègle, une musique bricolée de samples, de profondeur et de folie, comme un bonbon sucré d’enfant, bien plus acide qu’il n’en a l’air, où l’on fait vibrer les percussions et l’on triture les guitares. Ouverture des portes à 18h30. Entrée gratuite. Infos au 05.55.26.09.50 et sur deslendemainsquichantent.org.
  • Comédie. Psy, on va vous soigner! à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. Un psychologue reçoit des patients tous plus déjantés les uns que les autres. Ce qui tombe bien puisque le psy en question n’est pas plus sérieux. Le psy vous invite à prendre siège pour 1h20 de détente et de folie. Moins chère qu’une consultation, plus drôle que Sigmund en collant de danse, plus digeste qu’un Prozac, la pièce Psy vous emmènera dans un univers où le délire est aussi bien du côté des patients que du médecin. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également vendredi 24 et samedi 25 novembre ainsi que la suivante jeudi 30 novembre, vendredi 1er et samedi 2 décembre.

************

VENDREDI 24 NOVEMBRE

  • Documentaire. La Syrie à 15h à Brive au cinéma Le Rex, bd. Koenig. Une conférence proposée par l’association Utatel et présentée par Roger Séguy, professeur à la retraite. Ce film fait découvrir les merveilles du patrimoine culturel, historique et architectural de la Syrie à la veille de cette terrible guerre civile qui a gravement endommagé des sites aussi précieux que Palmyre ou le minaret de la Grande Mosquée d’Alep, guerre civile qui aura, chose plus terrible encore, porté atteinte au sentiment de tous les Syriens d’appartenir à une même entité nationale indépendamment de leurs convictions religieuses ou de leurs origines ethniques. Au film du film, les sourires dans les souks si animés de Damas ou d’Alep ou pendant la visite de la Citadelle d’Alep; des images au sein d’une famille dans un village proche d’Alep, d’un déjeuner avec une famille traditionnelle du Désert de Syrie… Durée : 2 heures. Tarif : 5 euros, entrée libre pour les adhérents. Infos au 05.55.17.84.76 et sur utatel.com.
  • Spectacle jeune public. Le nouveau monde de Marceau à 20h à Brive au Théâtre des Gavroches, 3 rue Viallatoux. Avec la Cie Tempo’lisson. C’est l’histoire d’un petit garçon et de son année de CM2. De la découverte de sa nouvelle école, de ses nouveaux camarades et de sa maîtresse Lulu jusqu’à la fête de l’école, Marceau va vivre une année riche en aventures et en rencontres. Suivez le parcours en musique de ce petit garçon, entrez dans un conte qui aborde différents thèmes : les peurs, les rêves, les différences, l’amour, la nature… Cette histoire s’articule autour de 12 chansons originales. Mise en scène de Séverine Garde-Massias. Durée: 1 heure. Entrée: 12 et 8 euros. Infos au 05.55.18.91.71 et sur letheatregavroches.free.fr. Également samedi 25 novembre à 16h (goûter spectacle) et 20h.
  • Jazz. The Banjo Boys à 20h30 à Brive au Stadium café bowling, 6 avenue Léo Lagrange. Les Bayous de la Nouvelle Orleans se déplacent exceptionnellement à Brive avec la venue de Ted Scheips originaire du Wisconsin (USA). Il sera associé à Serge Pendaries dans un duel de Banjo. Marie Boisseau sera à la contrebasse, Matthieu Randon au saxophone et, de passage en France après un concert à Bordeaux la veille, le trompettiste Mike Summers fera le plaisir pour la deuxième fois cette année de sa présence musicale. Une soirée à ne pas manquer pour les amoureux du vieux style. Infos sur la page Facebook, au 06.85.67.72.81 ou 06.20.69.34.63.
  • Concert. Corto Maltesse et Aroutioun Karapetian (batteur de Spectrum) à partir de 21h au Maryland à Brive (13 rue Saint-Martin) avec l’association L’art en bar. A noter qu’en étant membre de l’association L’art en bar, vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs de plusieurs lieux culturels (Théâtre de la Grange, des Gavroches, Saison des 13 arches, centre culturel, cinéma Rex, CGR, Lendemains qui chantent, A corps danse, festival du cinéma de Brive). Infos au 05.55.17.10.78 et sur le site bar-le-maryland.fr.
  • Comédie. Psy, on va vous soigner! à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. Un psychologue reçoit des patients tous plus déjantés les uns que les autres. Ce qui tombe bien puisque le psy en question n’est pas plus sérieux. Le psy vous invite à prendre siège pour 1h20 de détente et de folie. Moins chère qu’une consultation, plus drôle que Sigmund en collant de danse, plus digeste qu’un Prozac, la pièce Psy vous emmènera dans un univers où le délire est aussi bien du côté des patients que du médecin. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également samedi 25 novembre ainsi que la suivante jeudi 30 novembre, vendredi 1er et samedi 2 décembre.
  • Musique et poésie. Assemblages à 21h au Théâtre de La Chélidoine à Estrade, Saint-Angel. Avec Tania Pividori, Pablo Cueco et Mirtha Pozzi qui invitent Pierre-Étienne Heymann, comédien, metteur en scène et auteur de théâtre. Un répertoire mouvant, renouvelé pour chaque intervention, puisant dans l’incroyable réservoir de la poésie, de la voix et des percussions, avec un tropisme certain pour la modernité subversive à travers les âges, des origines à nos jours, ou presque… On peut y croiser une mésange turquoise, des percussions lettristes, un septicolore, des chants troubadouresques, des portraits de poètes, des collections, des tam-tams aimables, des calembours maraboutés, des malédictions, des onomatopées re-toquées, des poèmes frappeurs, des aveugles, de drôles d’oiseaux, des kyrielles rabelaisiennes ou tardives, des autoportraits, des leçons de zarb ou de poésie, des menus propos, des énumérations, une sonate de mots, des lettres KC, une recette de cheval, des imprécations, la zarb attitude, des déclarations d’amour, l’archaïsme moderne, la post, le néo, des bruits, des fureurs, des tumultes, des fracas, des requins, des douceurs, des passions et le reste… Tarifs: 15 et 11 euros. Infos au 05.55.72.55.84 et sur lachelidoine.fr.
************

SAMEDI 25 NOVEMBRE

  • Jeux de société de 11h à 18h à Brive, place du Civoire. Dans le cadre de la semaine du jeu de société en ludothèques qui se déroule du 18 au 25 novembre, partout en France. Elle pour objectif de favoriser la pratique du jeu de société, créateur de lien social entre les générations et les cultures. En donnant à voir et à pratiquer des jeux traditionnels de notre patrimoine, en ouvrant aux jeux du monde entier, les ludothèques soulignent le caractère culturel du jeu. La ludothèque de Brive s’y associe et propose en extérieur toute la journée, diverses animations gratuites autour du jeu pour tous les âges : jeux surdimensionnés, découverte de nouveaux jeux… En partenariat avec les magasins de jeux du centre-ville de Brive : le magasin Jocari proposera du jeu sur place, rue de la République, et le magasin Pôt’ô jeux proposera une animation place du Civoire, avec la ludothèque.
 Accès libre. Infos au 05.55.18.17.50 et sur mediatheque.brive.fr.
  • Café tricot à 14h à Brive au centre culturel, 31 avenue Jean-Jaurès. Un moment convivial et l’occasion de faire de nouvelles rencontres autour du tricot et de la couture, c’est tendance et ça a lieu chaque 3e samedi du mois. Un ouvrage, un café, un échange… il n’y a pas d’âge pour venir monter les mailles à l’endroit à l’envers. L’idée, favoriser les échanges entre les générations et cultiver du lien social. Chacune apporte l’ouvrage qui lui plaît, ou n’apporte rien, passe simplement boire un café, échanger… Jusqu’à 18h. Infos au 05.55.74.20.51.
  • Spectacle jeune public. Le nouveau monde de Marceau à 16h (goûter spectacle) et 20h à Brive au Théâtre des Gavroches, 3 rue Viallatoux. Avec la Cie Tempo’lisson. C’est l’histoire d’un petit garçon et de son année de CM2. De la découverte de sa nouvelle école, de ses nouveaux camarades et de sa maîtresse Lulu jusqu’à la fête de l’école, Marceau va vivre une année riche en aventures et en rencontres. Suivez le parcours en musique de ce petit garçon, entrez dans un conte qui aborde différents thèmes : les peurs, les rêves, les différences, l’amour, la nature… Cette histoire s’articule autour de 12 chansons originales. Mise en scène de Séverine Garde-Massias. Durée: 1 heure. Entrée: 12 et 8 euros. Infos au 05.55.18.91.71 et sur letheatregavroches.free.fr.

  • Musique. Oum. Zarabi à 20h30 à Brive au Théâtre municipal. Dans le cadre des Spectacles sans frontières. Marocaine d’origine saharienne, Oum impose d’emblée un mélange impressionnant de puissance et de sensibilité. De sa voix sensuelle, elle explore la diversité des musiques marocaines qu’elle teinte de soul, de rythmes gnaouas et hassani. Inspirée par les musiques de son pays mais aussi par l’Afrique en général et par le jazz, elle développe un univers musical léger dans lequel ses origines sahraouies trouvent écho. Zarabi, qui signifie tapis en dialecte darija marocain, est un hommage aux tisseuses de tapis de ce même village. Ces artisanes fabriquent leurs tapis à partir de vêtements usagés fournis par les clients eux-mêmes et assemblent ainsi la mémoire vestimentaire d’une famille dans une même création. Oum a ressenti une proximité profonde avec son travail de création, de composition et le tissage mémoriel des artisanes. Durée: 1 heure 30. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.24.62.22 et sur le site lestreizearches.com.

  • Soirée Corto Maltesse en world music à partir de 21h au Maryland à Brive (13 rue Saint-Martin) avec l’association L’art en bar. A noter qu’en étant membre de l’association L’art en bar, vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs de plusieurs lieux culturels (Théâtre de la Grange, des Gavroches, Saison des 13 arches, centre culturel, cinéma Rex, CGR, Lendemains qui chantent, A corps danse, festival du cinéma de Brive). Infos au 05.55.17.10.78 et sur le site bar-le-maryland.fr.
  • Musiques actuelles. Repérages. LaXamaX + Bellallure + Rachel à 20h30 à Tulle aux Lendemains qui chantent. LaXamaX est un duo dont les chansons sont plus loufoques les unes que les autres sous des airs d’accordéon, rythmés de riffs de guitare. Certains diront que c’est de la chanson française, d’autres du punk musette, d’autres encore un rock acoustique…, à vous de vous faire votre idée. Les 3 dandys de Bellallure, enracinés dans la chanson, invitent à plonger dans un univers décalé, tantôt onirique tantôt énigmatique, dans le sillage d’un rock lettré à la française. Les textes soignés, portés par l’élégance des arrangements, relèvent le défi d’une musicalité singulière, d’une généreuse odyssée. Quant à Rachel, de la poésie aux cris, il délivre une musique sombre ou lumineuse, impulsive, à la recherche d’un équilibre des forces entre instruments, chant et paroles travaillées. C’est un groupe de rock créatif, international, littéraire, tatoué, sérieux, libertaire, qui apprécie les comparaisons flatteuses et se fout de ressembler à quiconque. Entrée gratuite. Infos au 05.55.26.09.50 et sur deslendemainsquichantent.org.

  • Comédie. Psy, on va vous soigner! à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. Un psychologue reçoit des patients tous plus déjantés les uns que les autres. Ce qui tombe bien puisque le psy en question n’est pas plus sérieux. Le psy vous invite à prendre siège pour 1h20 de détente et de folie. Moins chère qu’une consultation, plus drôle que Sigmund en collant de danse, plus digeste qu’un Prozac, la pièce Psy vous emmènera dans un univers où le délire est aussi bien du côté des patients que du médecin. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également la suivante jeudi 30 novembre, vendredi 1er et samedi 2 décembre.

  • Dîner concert avec le groupe Akan Khelen à partir de 19h à Chanteix, à la Boîte à zinc. Akan Khelen, si tu ne parles pas le romani, ça veut dire dansez maintenant! Sans détour, c’est un appel au voyage, à la fête et au partage. Entre mélodies traditionnelles et influences modernes, ces cinq musiciens perpétuent et réinventent le répertoire des musiques Tziganes avec leurs propres compositions au groove efficace. La chaleur des mélodies orientales, l’énergie survoltée des pays de l’est, le tout teinté d’impertinence rock… C’est bien de la Balkan No’made Music. Tarifs: 18 et 15 euros la formule dîner spectacle à partir de 19h et 8 euros le spectacle seul à partir de 20h30. Infos et billetterie au 05.55.27.95.81 et sur tuberculture.fr.

************

DIMANCHE 26 NOVEMBRE

************

LES EXPOS A VOIR

  • Roger Laplénie ou le paysage intimiste à Brive au musée Labenche, salles d’exposition temporaire. Une rétrospective de ce peintre (1911-1995) natif de Brive. Roger Laplénie passa l’essentiel de sa vie dans la cité gaillarde où il repose aujourd’hui. Travailleur acharné, cet artiste productif, bienveillant et apprécié de tous était profondément épris de notre région et la représenta abondamment. S’il est connu essentiellement pour ses paysages « néo-impressionnistes », il s’essaya aussi tout au long de sa vie à d’autres genres et à d’autres styles, dans sa quête d’une perfection artistique à laquelle il aspirait. Impliqué dans de nombreuses associations, celui qui fut également professeur de dessin et de peinture n’a jamais ménagé sa peine pour faire partager au plus grand nombre son amour de la l’art et de la nature et pour encourager des vocations, laissant ainsi un souvenir vivace dans notre ville où un square porte même son nom. L’art était, selon ses propres mots, « une raison de vivre, un refuge parmi toutes (l)es vilenies de la vie actuelle ». Toutefois, timide à l’extrême – ce qui fut un frein à la reconnaissance qu’il méritait -, Roger Laplénie reste par certains aspects un mystère, même pour les personnes qui ont eu la chance de le connaître. L’exposition est accompagnée d’un catalogue. Entrée libre. Volet en salle d’expositions temporaires : du lundi au samedi de 12h à 18h ; le dimanche de 15h à 18h ; fermeture le mardi. Volet en salle permanente: tous les jours, sauf le mardi, de 14h à 18h. Infos au 05.55.18.17.70 et sur museelabenche.brive.fr. Jusqu’au 19 mars 2018.
  • Images sans frontières à Brive en centre-ville, au Théâtre municipal, à la librairie La Baignoire d’Archimède et à Cultura centre. Une exposition photos de Daniel Roblin qui se décline en 4 volets selon les lieux, dans le cadre du dans le cadre du Festival Spectacles sans frontières par Les Treize arches. Âgé de 64 ans, Daniel Roblin balade, depuis une vingtaine d’années son appareil photo de Corrèze à Aurillac en passant par l’Argentine, Madagascar, New Delhi, l’Éthiopie, l’Inde et bien d’autres lieux à travers le monde. Grand voyageur depuis l’âge de 21 ans, il a vagabondé sur tous les continents avec « une envie perpétuelle de découvrir les autres dans leur diversité et leur singularité, rechercher des civilisations et cultures fortes, de populations souvent en souffrance, sources de documents très puissants, des regards, des sourires et surtout des rencontres, des échanges ». Un chemin qui sort des senties battus, même dans les pays « touristiques », et avant tout porté par la rencontre de l’autre. À travers le centre-ville, vous pourrez croiser sur les façades ses « Enfants du monde »: « Ils représentent l’innocence, le singulier, la pluralité et la diversité de notre planète et de ces cultures ; mais ils incarnent avant tout le demain de notre terre ». Au Théâtre, « Portraits chinois »: « Présenter ces portraits, dont une partie est tronquée, escamotée, est pour moi une façon de rappeler ce que ces gens ont eu à subir durant la Révolution Culturelle, ce que ces femmes et ces hommes ont y perdu à jamais, comme si une partie de leur vie leur avait été volée. Cette série de photos se veut aussi un hommage à tous ces chinois qui n’ont pu trouver de place dans les wagons de ce TGV qu’est devenue aujourd’hui la Chine. À la librairie la Baignoire d’Archimède, « De Xian à Shanghai, culture et patrimoine »: « Je garde l’impression très forte que la Chine est probablement la plus « gigantesque » bétonnière que la terre ait connue. Et il semble qu’elle veuille tourner encore un long moment ». Et à Cultura centre (avenue de Paris), un volet intitulé « Villes chinoises, une vision démesurée »: « La Chine est l’une des plus anciennes et des plus grandes civilisations de l’humanité. Son patrimoine est gigantesque et ses cultures nombreuses et tellement diverses ». Infos au 05.55.23.93.67 et sur labaignoiredarchimede.com. Jusqu’au 8 décembre.
  • Philippe Ségéral dessins à Brive à la chapelle Saint-Libéral. Résidant depuis une vingtaine d’années en Normandie et à Paris, Philippe Ségéral expose pour la première fois dans sa ville natale. Né en 1954 à Brive, Philippe Ségéral se consacre dès 1982 au dessin, dont il adopte les différentes techniques : mine de plomb sur papier, fusain, encre, pastel. Adepte des grands formats, cet artiste affectionne particulièrement les paysages auxquels il donne une dimension poétique, puissante et originelle, par un jeu intense sur l’ombre et la lumière. Rêverie et réalité se mêlent ainsi dans ses œuvres, reflets du regard d’enfant que Philippe Ségéral a réussi à préserver à l’âge adulte. La chapelle accueille les dessins représentant les paysages de son enfance, le bocage corrézien, la forêt profonde, mais aussi ses souvenirs de la maison de Cressenssac, du stadium ou du barrage. Entrée libre. La chapelle est ouverte du mardi au vendredi de 12h à 18h, samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h, dimanche de 15h à 18h. Infos au 05.55.74.41.29 et sur museelabenche.brive.fr. Jusqu’au 14 janvier à la chapelle.
  • La part visible des camps à Brive au centre Edmond Michelet, 4 rue Champanatier. Cette exposition itinérante est constituée d’un fonds exceptionnel de photographies, prises par les SS dans le camp de concentration de Mauthausen (1938-1945). Autour des camps de concentration comme Mauthausen, des panneaux portaient l’inscription : «Attention – Limite du camp. Interdiction formelle d’entrer, de s’arrêter et de photographier. Tir à vue !» Seul le service d’identification officiel de l’administration (Erkennungsdienst) était autorisé à prendre des images. Créé à Mauthausen en 1940, ce service photographique était rattaché directement au bureau politique. Il était dirigé par deux officiers SS qui employaient plusieurs détenus chargés du développement et du conditionnement des images, ainsi que de la confection d’albums destinés aux SS… Les photographies officielles devaient fournir une image de la sévérité extrême du régime concentrationnaire. Pourtant, elles sont loin de tout révéler sur le fonctionnement du camp : aucun cliché officiel de la violence quotidienne, de l’entreprise d’épuisement par la faim et le travail, des exécutions par le gaz. Ces documents dérobés et sauvegardés au péril de leur vie par des déportés républicains espagnols, avec la complicité d’un civil autrichien, sont un témoignage rare de la brutalité du régime nazi. Ces clichés sont complétés par d’autres, réalisés à la libération du camp, le 5 mai 1945, par les détenus espagnols et les libérateurs américains. Cette exposition internationale a été réalisée conjointement par les Amicales française et espagnole d’anciens déportés de Mauthausen et le ministère de l’Intérieur autrichien. Entrée libre et gratuite. Horaires d’ouverture: du lundi au samedi de 13h à 18h. Infos au 05.55.74.06.08 et sur museemichelet.brive.fr. Jusqu’au 16 décembre 2017.
  • Un monde de papier à Brive au centre socioculturel municipal Jacques Cartier. L’univers paper-toy de Patrick Pasques, auteur-illustrateur de livres pour enfants, qui travaille le papier. Tout est en papier, découpé, plié, collé… « On peut tout faire en papier, ou presque: des animaux, comme cet ours perdu sur son minuscule iceberg, des avions des voitures, réels ou imaginaires, des personnages, souriant ou grimaçant, des objets de toute sorte jusqu’à des escarpins de haute-couture pour dames distinguées. Le tout mis en scène ou non. » Un monde tout en papier, avec des animaux, des avions, des voitures, des fusées, des personnages, des objets de toute sorte mis en scène avec des éclairages plus ou moins sophistiqués qui sont ensuite photographiés et qui deviennent livres pour enfants. L’exposition de ses œuvres regroupera des constructions de papier, modèles isolés, dioramas ou saynètes, qui ont été utilisés pour illustrer ses livres. Entrée libre et gratuite. Ouvert du lundi au vendredi, de 8h à 12h15 et de 13h30 à 19h. Infos au 05.55.86.34.60. Jusqu’au 24 novembre 2017.
  • Gaston Vuiller chez les magiciens et sorciers de la Corrèze au musée du cloître de Tulle. Le musée du Cloître conserve un fonds important lié à Gaston Vuiller, artiste peintre, dessinateur et voyageur, dont l’œuvre et le nom restent intimement mêlés à la Corrèze et au village de Gimel-les-Cascades. Ce fonds est aujourd’hui constitué de trente-sept dessins, trois gravures, un autoportrait (peinture à l’huile sur bois), deux grands tableaux de paysages (dépôts du Centre National des Arts Plastiques) et cinq livres illustrés. En 1900, la ville de Tulle acquiert un premier ensemble de dessins parus en 1899 dans trois épisodes de la revue Le Tour du Monde dans un article intitulé « Chez les magiciens et les sorciers de la Corrèze ». Restaurés en 2012, ces œuvres sur papier restent néanmoins fragiles et particulièrement sensibles à la lumière, et pour cette raison ne peuvent être exposées de manière permanente. Ce nouvel accrochage est l’occasion de les découvrir une nouvelle fois et de partir à la rencontre des figures que Gaston Vuillier appelle les magiciens et sorciers de la Corrèze… Entrée gratuite. Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi de 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h. Infos au 05.55.26.24.22. Jusqu’au 6 janvier 2018.
  • Armand Chassaing alias Mandou à Tulle au Musée des armes. Devoir de mémoire avec ce portrait d’un résistant du corps franc de Tulle de l’Armée secrète. Cette exposition met en lumière six années de la vie d’un Corrézien, Armand Chassaing (1913-1997). De l’année 1939 où jeune officier il est confronté à la guerre et à l’effondrement de 1940 jusqu’aux évènements qui menèrent à la Libération, elle retrace son parcours en tentant d’éclairer l’enchaînement des faits qui amène l’homme, militaire de carrière, à agir en s’évadant lorsqu’il est prisonnier de guerre puis en prenant le maquis dans le secteur de Marcillac-la-Croisille avant de rejoindre l’AS. En 1984, alors que beaucoup de résistants ont choisi le silence, il entreprend de rédiger ses mémoires pour ses fils Patrick et Laurent Chassaing. A partir de premières notes rédigées sur un petit carnet tenu dès sa captivité et intitulé « Ton oeuvre est à toi », son récit autobiographique sous forme de Journal de Marche est livré dans des cahiers manuscrits. Héritiers de cette mémoire familiale, ses fils se sont engagés dans une démarche de transmission, publiant la transcription de ces cahiers (Editions Mille Sources, 2016) et proposant à la Ville trois donations.Entrée libre. Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h30 (fermé le mardi), ouvert également le 1er dimanche du mois. Infos au 05.55.26.22.15. Jusqu’au 24 février 2018.
  • Bijoux d’orients lointains, au fil de l’or, au fil de l’eau au musée de Sarran. Dans la lignée de l’exposition Bijoux des Toits du Monde qui entraînait sur les sentiers de la Route de la soie, l’exposition propose de suivre la voie maritime de ce chemin mythique grâce à la magie de parures archéologiques ou ethniques. Afin de dévoiler la richesse et la diversité des cultures des royaumes d’Arabie à l’Insulinde, l’or, métal légendaire symbole d’éternité, a été choisi comme le fil conducteur de ce périple au fil de l’eau. Plus de trois cent bijoux, provenant de deux collections privées et resplendissant de mille feux, offriront aux visiteurs un voyage dans le temps et dans l’espace. Ils révèlent par leur magnificence et leur variété envoûtante des civilisations disparues et un univers symbolique menacé d’oubli. À cette présentation s’associeront des textiles yéménites, indiens, thaïlandais et indonésiens issus d’une collection privée. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Entrée: 4,50 euros (3 et 3,5 en tarifs réduits). Infos au 05.55.21.77.77 et sur le site museepresidentchirac.fr. Jusqu’au 30 novembre 2017.