L'actualité en continu du pays de Brive


Brive-joliette, 30 ans de jumelage

le drapeau de Joliette flotte sur la façade de la mairie

A quelques jours près, le 5 novembre exactement, cela fait 30 ans que Brive la Gaillarde et Joliette la Québécoise entretiennent des liens de jumelage. Son drapeau flotte d’ailleurs sur la façade de la mairie tout le mois de novembre.

 

jean-marc comas“Joliette-Brive, à l’unisson depuis 30 ans”, proclame le site internet de notre jumelle (vous pouvez y accéder en cliquant ici) et “la distance n’aura pas eu raison de cette relation”. Afin de célébrer cette “importante collaboration interculturelle”, les deux villes ont procédé à un échange de drapeaux “fièrement brandis” par les hôtels de ville respectifs tout au long du mois de novembre. “Une action  symbolique“, commente Jean-Marc Comas, adjoint au maire en charge de la culture et des relations internationales. Outre-Atlantique et tout aussi symbolique, notre jumelle a également décidé de rebaptiser une “placette” du nom de la cité gaillarde.

Depuis 1985, le jumelage brivo-québécois s’est ainsi concrétisé par des échanges culturels, scolaires, sociaux, sportifs et touristiques. Depuis autant de temps, le dispositif “Inter-municipalités” a également permis d’accueillir deux jeunes étudiants joliettains, tandis que deux jeunes brivistes se rendent à Joliette dans les mêmes conditions. “Nous avons déjà nos deux candidats pour l’été prochain”, avancent Christiane Laval et Jean-François Deret, présidente et vice-président de l’association Pays de Brive Corrèze Québec.

Christiane Laval et Jean-François Deret, présidente et vice-président de l'association Pays de Brive Corrèze Québecc“Il faut maintenir au long cours notre programme d’échanges et le renforcer”, assure le maire-adjoint à une Christiane Laval très pointilleuse sur le vocabulaire: “Certes, c’est le Canada, mais nous sommes Québécois avant tout“, répète-t-elle en rappelant la philosophie qui a présidé à ce jumelage depuis le “Vive le Québec libre” du Général et l’Office franco-québécois pour la jeunesse. “C’est grâce à cet organisme que j’ai pu y aller et avec moi de nombreuses générations”, se souvient-elle.

“Pour qu’un jumelage soit entretenu, il faut qu’il repose sur une association dynamique“, répond l’élu à la présidente, elle même très impliquée dans l’organisation de la dictée francophone. 2016 devrait également voir programmer une conférence sur la langue française.

Au concret, les opportunités ne manquent pas de saluer nos cousins de l’autre continent. Clin d’oeil à notre voisine d’Outre-Atlantique, l’EPCC Les Treize arches programme, ce mercredi 25 novembre, Timber, un spectacle plutôt original d’une jeune troupe de cirque québécoise, dans le cadre de son Festival “Spectacles sans Frontières”. Brive accueille aussi en résidence d’écriture Louis-Bernard Robitaille, essayiste et romancier québécois, dans le cadre de la préparation de son 7e roman. Et en ce surlendemain de Foire du livre, mairie et association se mettent à écrire une suite: puisque le Salon du livre de Paris salue le prix littéraire France-Québec, pourquoi la ville du second salon de France ne recevrait-elle pas le lauréat en résidence?…

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire