L'actualité en continu du pays de Brive


La musique à portée de l’autisme

Depuis septembre, des professeurs du conservatoire spécialement formés enseignent un instrument à des élèves autistes. Le fruit d’une volonté commune entre la Ville, le Rotary et une drôle de méthode baptisée Dolce. Et les bénéfices sont réels.

Les progrès sont assez époustouflants, tant sur le plan instrumental que comportemental. Ces enfants très troublés apprennent à créer le lien et faire de la musique”, assure Françoise Dorocq, revenue à Brive faire le point après 6 mois de cours. C’est cette ancienne prof de piano qui a mis au point il y a de nombreuses années cette méthode reconnue. C’est elle aussi qui a formé l’été dernier trois professeurs volontaires du conservatoire à “rentrer en lien”. “La pédagogie habituelle ne convient pas avec ces enfants qui répondent à d’autres codes. Il faut d’abord comprendre ce dont ils souffrent et aller chercher, derrière les troubles apparents, toute leur richesse. Une fois que c’est acquis, ils ont une mémoire colossale et n’ont pas besoin de travailler tous les jours comme un autre élève.”

En juste 6 mois, la psychomotricienne Aurore Garrigues qui accompagne un des enfants, a elle aussi constaté le bénéfice de cet enseignement: “Les résultats sont là, tant sur le plan verbal, social, cognitif, avec une plus grande attention, c’est une véritable intégration. L’enfant vient au cours avec plaisir, prend de l’assurance sur le langage et l’expression et les parents sont contents. Il y a un réel épanouissement.”

“Et musicalement, il y a de vrais résultats”, complète Antoine Mas, professeur de percussions, ravi lui aussi de ce partage enrichissant qui l’oblige “à une adaptation permanente”. Il ne s’agit pas en effet de musicothérapie, mais d’un vrai enseignement. “C’est une approche qui remet en cause nos pédagogies. Humainement parlant, c’est très prenant et c’est important pour nous, en tant que service public, d’avoir accès à ces différences”, formalise Benoit Quiniou, responsable pédagogique et artistique au conservatoire.

C’est le Rotary club qui a récolté des fonds pour financer la formation des trois premiers professeurs de piano, accordéon et percussions. “La Ville a accompagné le projet en ouvrant parallèlement des heures de cours individuels et nous nous adapterons à la demande”, annonce la conseillère municipale Anne Colasson. D’autres enseignants se sont déclarés intéressés, notamment pour une pratique collective à travers les jardins musicaux et la classe d’éveil. Tant et si bien qu’une nouvelle formation est programmée pour début juillet. Elle permettra aux 3 premiers enseignants formés de se perfectionner et aux autres de s’initier à la méthode. “Je leur donne des outils, à chacun de se les approprier”, commente Françoise Dorocq. Ce deuxième stage sera également financé par le Rotary, district cette fois, un regroupement territorial drainant plus d’une cinquantaine de clubs.

“L’idée est de développer cette action en faisant de Brive un modèle qui puisse être reproduit dans d’autres villes”, espère le rotarien Bernard-Henri Jacques. Avec un joli rêve : proposer en juin 2019 un concert avec le pianiste Pascal Amoyel accompagnant le baryton André Heyboer et en première partie une mise en lumière des élèves autistes.

Pour tous renseignements au sujet d’une inscription, vous pouvez contacter le conservatoire au 05.55.18.17.80.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire