L'actualité en continu du pays de Brive


Maurice Ségard sacre le bleu

Sacrebleu, c’est le nom d’un atelier ouvert rue de la République où Maurice Ségard, artisan d’art, habille d’un bleu dont il a la maîtrise de la porcelaine qu’il fait renaître.

Maurice Ségard n’est pas un artiste mais un artisan d’art, celui qui selon lui, véritable « designer artiste, ne se contente pas de réaliser ce qu’il sait faire mais repousse tous les jours les frontières de ses connaissances pour être à la pointe de sa spécialité ». Formé à l’âge de 16 ans dans un atelier d’Arras, Maurice Ségard y ouvre dix huit ans plus tard son propre lieu où il travaille, expose et réalise sans relâche des décors bleus aussi raffinés les uns que les autres et inspirés du registre des motifs du 18e siècle dans le bleu le plus pur et le plus profond: le bleu cobalt de grand feu qui est, nous l’aurons deviné, sa couleur préférée.

Et puis il en a assez, pas vraiment car l’homme est inlassable, mais il a envie de changer d’air. Porcelaine oblige, il se rend à Limoges qu’il arpente de long en large à la recherche d’un lieu où se poser. Rien. Pas de coup de cœur ni d’élan particulier. Il se dirige alors plus au sud et s’arrête à Brive. C’est le coup de foudre. Celui auquel il ne s’attendait pas et qui lui dit, tandis qu’il sillonne la rue de la République, que s’est là qu’il doit s’arrêter. Aussi tôt dit, aussitôt fait, notre homme qui n’a pas la langue dans sa poche et qui est aussi chaleureux que tout le Nord réuni, trouve un local.

En quelques mois, tout est finalisé. Maurice Ségard ouvre Sacrebleu, un atelier boutique donnant sur la rue dans lequel, en poussant, la porte on peut le voir travailler sur une toute petite table. Maurice Ségard décore la porcelaine blanche que chacun peut choisir. Lampes, tasses, assiettes, accessoires tout en délicatesse s’habillent de volutes bleues. Ce bleu particulier qu’il aime et travaille à merveille.

Sacrebleu, 28 rue de la république, 05.87.01.17.09.

Frédérique Brengues, Photos : Diarmid COURREGES

Frédérique Brengues, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire